Sunday, 3 July 2011

Les leçons de la Libye et Côte-d'Ivoire

Les leçons de la Libye et Côte-d'Ivoire
L'intervention est problématique si la ligne entre les programmes militaires et humanitaires est floue, explique le directeur du CICR.
Yves Daccord Dernière mise à jour: 10 mai 2011 18:41

L'aide doit être prioritaire et alloué strictement sur la base des besoins humanitaires, et non sur des objectifs politiques, militaires ou économiques [EPA]

Au cours des deux derniers mois, le Conseil de sécurité des Nations Unies a autorisé l'intervention militaire en Libye et en Côte d'Ivoire. À ces deux occasions, il a justifié sa décision sur la base de la protection des civils et de prévenir d'autres morts de civils.

Le 10 mai, le Conseil de sécurité s'est réunit à New York pour discuter de la protection des civils. Peut-être que jamais au paravant l'écart entre les progrès sur les plans politique, militaire et le niveau de reglement et la réalité humanitaire sur le terrain ont été si frappant.

En dépit - ou à cause - de ces initiatives pour protéger les civils, le défi de fournir une aide humanitaire neutre et impartial à la population au milieu de ces conflits armés est devenu encore plus difficile. La communauté humanitaire internationale a été sévèrement mis à l'épreuve de la Libye et Côte-d'Ivoire.

La situation humanitaire est désastreuse en Libye et en continuant à s'aggraver - en particulier dans la ville assiégée de Misrata, où l'approvisionnement en eau, soins de santé et autres services de base sont gravement perturbés, si cela fonctionne du tout. Les hôpitaux sont sous une pression extrême. Le bombardement récent d'un navire transportant de l'aide humanitaire et des blessés hors de Misrata - le deuxième incident ces dernières semaines - a causé la mort encore plus et la souffrance.

Dans d'autres régions touchées par les combats, comme Ajdabiya, des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs maisons. Le retour est entravée non seulement par l'insécurité rampante, mais aussi par le danger constant de munitions non explosées. Dans de nombreux domaines, en particulier dans l'ouest de Tripoli et la Libye, l'accès des organisations humanitaires a été extrêmement problématique, et très peu ont été en mesure de fonctionner efficacement et atteindre les gens dans le besoin.

Dans le même temps, la situation humanitaire dans l'ouest de Côte-d'Ivoire, près de la frontière avec le Libéria, reste critique. Des villages entiers ont été dévastés par le conflit, et les besoins des résidents et personnes déplacées - pour les soins de nourriture, d'eau, d'abris et de la santé - sont particulièrement aigus. La destruction et le pillage des nombreux hôpitaux et centres de santé a entraîné un besoin urgent de médicaments et fournitures médicales. Pourtant, la réponse humanitaire globale a été très insuffisant. Dans cette région du pays, le Comité international de la Croix-Rouge en collaboration avec la Société nationale de la Croix-Rouge sont toujours parmi les seules organisations humanitaires capables d'atteindre les gens dans le besoin sans escorte militaire.

Donc, avec toutes les belles déclarations et résolutions sur la protection des civils sur le plan politique, pourquoi l'effort humanitaire de protéger et d'aider les civils sur le terrain été aussi limitées?

Au-delà du manque flagrant de respect du droit international humanitaire par les Etats et acteurs non-étatiques, qui se trouve au cœur de la grande échelle des souffrances que nous assistons, une des principales raisons est la politisation et la militarisation croissante de l'aide humanitaire. Cela comprend l'exploitation de l'aide par les Etats comme un outil de gestion des conflits et comme un instrument pour promouvoir leurs propres intérêts. Dans le cas de la Libye et Côte-d'Ivoire, les agendas politiques, militaires et humanitaires des principaux acteurs internationaux peuvent être difficile a séparer clairement, du moins dans la perception du public. Cela peut etre une question particulièrement épineuse, où une mission intégrée des Nations Unies joue simultanément les rôles militaires et humanitaires, et devient effectivement une partie au conflit, comme ce fut le cas en Côte d'Ivoire. Ce flou des rôles complique ou entrave l'accès humanitaire impartiale aux personnes des deux côtés d'un conflit, non seulement pour les agences onusiennes et leurs partenaires d'exécution, mais pour d'autres aussi.

Une autre raison importante réside dans la performance et le comportement des acteurs humanitaires eux-mêmes. Alors que de nombreuses organisations humanitaires affirment adhérer aux principes fondamentaux non seulement de l'impartialité (qui est le minimum), mais aussi de neutralité et d'indépendance, peu d'entre elles le font dans la pratique. Principes ont tendance à céder au pragmatisme quand il est commode de le faire. Cela limite finalement la livraison d'aide humanitaire véritable principe.

Avec une prolifération d'acteurs qui prétendent mener des travaux de protection, une efficace et réelle coordination doit être davantage basée sur un véritable respect de certains principes de base que sur des mécanismes de plus en plus raffinés et les procédures de coordination. Dans un souci de transparence et de responsabilité, nous devons tous faire preuve de réalisme et sans ambiguïté sur nos capacités disponibles dans les situations d'urgence, y compris sur l'endroit où nous avons accès humanitaire et où nous n'avons pas, et d'où nous sommes en œuvre des activités et dans quelle mesure nous travaillons par le biais des partenaires d'exécution. Dans le cas où nous déléguons des partenaires dans des activités, dans quelle mesure devons-nous suivre ces activités? Sommes-nous externalisees effectivement des risques que nous ne sommes pas disposés à nous prendre?

Le défi de la protection des civils - dans toutes ses dimensions diverses - est une tâche gigantesque. États, acteurs non-étatiques, les donateurs et les organisations humanitaires ont tous leur propre rôle particulier à jouer. Il est trop facile de passer le blâme de l'échec à quelqu'un d'autre.

Etats et acteurs non étatiques doivent montrer la volonté politique et la bonne foi nécessaire pour faire tourner les dispositions légales en réalité, à prendre au sérieux leurs obligations de protéger les civils. L'aide doit être prioritaire et alloué strictement sur la base des besoins humanitaires, et non sur des objectifs politiques, militaires ou économiques. Et les organisations humanitaires, y compris le CICR, peut commencer par une auto-évaluation honnête de leurs capacités et leurs limites, et un véritable engagement pour correspondre à de belles paroles et de bonnes intentions avec la réalité sur le terrain. La vie d'innombrables hommes, femmes et enfants pris dans des conflits armés en dépendent.

Yves Daccord est le directeur-général du Comité international de la Croix-Rouge, Genève.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale d'Al Jazeera.
Les vérités qui serviront comme pièces a convictions pendant le proces contre la mafia internationale(ONU/France /UE/UA/USA)