Tuesday, 14 June 2011

Boehner met en cause Obama sur les réponses concernant la Libye et l'UN WATCH / CÔTE-D'IVOIRE requis la même chose sur Côte-d'Ivoire

Patrick Cohen
Boehner met en cause Obama sur les réponses concernant la Libye et l'UN WATCH / CÔTE-D'IVOIRE requis la même chose sur Côte-d'Ivoire
Boehner met en cause Obama sur les réponses Libye

par le personnel de NPR et fils
la taille du texte A A A
14 juin 2011

Président de la Chambre, John Boehner a écrit au président Obama le mardi exigeant de savoir pour quels motifs le président a ordonné l'intervention américaine en Libye.

La lettre de Boehner a mis plus l'accent sur la façon dont Obama s'en est pris pour introduire des actifs militaires américains en Libye et moins en qui de savoir si une telle action militaire était justifiée. Il a noté qu'en vertu de la résolution du pouvoir de guerre, un président a 60 jours pour demander l'autorisation formelle du Congrès après s'être engagé dans un conflit.

"Soit vous avez conclu que la résolution du Pouvoir de guerre ne s'applique pas à la mission en Libye", a écrit Boehner le président, ou que vous avez déterminé la résolution du Pouvoir de guerre est contraire à la Constitution. "

Il a dit que la Chambre et le peuple américain mérite une réponse. Ce week-end, on sera de 90 jours depuis que le conflit en Libye a commencé, c'est le nombre maximal de jours ,une action militaire ne peut être durable sans l'autorisation du Congrès en vertu de la résolution du Pouvoir de guerre. Boehner (R-OH) a donné jusqu'à vendredi a Obama pour répondre.

Tôt ce mois-ci, la Chambre a voté pour reprocher a Obama de ne pas poursuivre l'approbation du Congrès et a accusé le président de ne rien fournir de « rationnel» pour l'opération libyenne. La mesure de la Chambre a également requis un rapport de l'administration, en raison d'ici vendredi, sur la portée de l'opération libyenne, ses coûts et son impact sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

"Le present débat sucite de profondes divisions dont l'origine est le manque de véritable consultation avant le début des opérations et cela a encore été aggravé par le manque de visibilité et de leadership auprès de vous et votre administration," a écrit Boehner.

La Maison Blanche affirme qu'il a été en conformité avec la Loi sur les pouvoirs de guerre et a appelé les résolutions inutiles et superflues.

Au départ de la Maison Blanche brossé de coté la mesure non contraignante du congres, en disant qu'elle avait fourni des réponses à diverses séances d'information. Mais la semaine dernière il a dit qu'il répondra à des questions détaillées sur la mission des États-Unis en Libye dans les délais.

L'OTAN commande l'opération, mais les États-Unis jouent encore un rôle de soutien important qui comprend de ravitaillement en vol des avions de guerre et de renseignement, de surveillance et de travaux de reconnaissance.

Au Sénat, le destin d'une aide à la résolution de signalisation de l'opération était incertain.

Le sénateur John Kerry (D-MA), président du Comité des relations étrangères, a déclaré que le plans pour le pannel de rencontrer le jeudi et rédiger une résolution serait retardé pour permettre aux législateurs d'examiner le rapport de la Maison Blanche. Il a laissé ouverte la possibilité d'une action sur une résolution la semaine prochaine.

"Nous voulons juste que tout le monde puisse voir les informations et voir comment elles influencent leur façon de penser," a déclaré Kerry.

Parmi les partisans de la résolution est le sénateur républicain John McCain de l'Arizona, un des principaux promoteurs d'une action militaire contre Kadhafi, républicain de haut niveau sur la commission des forces armées et rival présidentielle d'Obama à l'élection de 2008. McCain a mis en garde ses collègues GOP contre toute démarche qui enverrait un signal positif à Kadhafi.

"Je mets en garde mes amis, tant ici au Sénat et à la Chambre des représentants, que nous ne voulons pas faire quelque chose ou adopter une loi qui encouragerait Kadhafi a rester au pouvoir", a déclaré McCain aux journalistes.

Sénateur Jim Webb (D-VA) et Bob Corker (R-TN) ont présenté une résolution séparée la semaine dernière qui presses Obama d'obtenir le consentement du Congrès des États-Unis pour la participation militaire continue en Libye et en exige l'administration de fournir une justification détaillée de la décision d'aller en guerre.

Le lundi, la Chambre a voté essentiellement à interdire l'argent pour l'opération en Libye, le soutien d'un amendement interdisant l'utilisation des fonds en contravention de la Loi sur les pouvoirs de guerre. Le vote a été de 248 à 163 sur un projet de loi de dépenses qui doivent encore être conciliée avec le Sénat.

L'une des critiques les plus virulents de M. Obama, contre la guerre le représentant Dennis Kucinich (D-OH) a dit lui-même et le représentant Walter Jones (R-NC) vont déposer une plainte devant un tribunal fédéral mercredi sur la guerre de Libye.

NPR David Welna a contribué à ce rapport, qui inclut du matériel de The Associated Pres

UN Watch / CÔTE-D'IVOIRE exige que les mêmes questions soient posée concernant la Côte-d'Ivoire.
Boehner Prods Obama On Libya Answers : NPR
www.npr.org
In a letter to the president, the House speaker demanded to know on what grounds Obama ordered the U.S. intervention in Libya. He noted that under the War Powers Resolution, a president has 60 days to seek formal authorization from Congress after engaging in a conflict.